Université Paul Sabatier - Bat. 3R1b4 - 118 route de Narbonne 31062 Toulouse Cedex 09, France


Rechercher





Accueil > Equipes > Groupe Méthodes et Outils de la chimie quantique (GMO) > Projets de Recherche

Projets de Recherche

Corrélation électronique en orbitales localisées

L’originalité du groupe dans ce domaine est de considérer les problèmes multiréférentiels par des méthodes perturbatives ou variationnelles en utilisant des orbitales localisées.

Développement de logiciels pour le calcul

Un travail de valorisation des codes développés au sein du laboratoire est entrepris afin de conduire à leur diffusion. Ceci consiste à améliorer leur convivialité d’installation comme d’utilisation ainsi qu’en assurant une formation aux utilisateurs.

Effets relativistes

Les effets de la relativité sur les molécules sont locaux, et liés aux atomes qui sont d’autant plus relativistes qu’ils sont lourds.

Cependant le couplage spin-orbite peut se révéler important également pour les atomes légers notamment dans des études spectroscopiques.

Méthode mixte Fonctionnelle de la Densité / Ab-Initio

L’idée de base (proposée initialement par A. Savin) repose sur une séparation spatiale de la corrélation électronique à partir d’une césure de l’opérateur bi-électronique, le terme à courte-portée étant traité par la DFT et celui à longue portée par une méthode ab-initio. Dans le cadre d’une collaboration avec H. Stoll de Stuttgart, on dispose maintenant dans le logiciel Molpro des méthodes IC, MP2 et CCSD.

Méthodes Monte Carlo quantique (QMC)

Les méthodes Monte Carlo quantique (Quantum Monte Carlo, QMC) sont des méthodes de simulation probabiliste de l’équation de Schroedinger. Bien qu’il existe de nombreuses variantes avec des noms divers (Diffusion Monte Carlo, Stochastic Reconfiguration MC, Pure Diffusion MC, Green’s Function MC, Reptation MC, etc.) l’idée principale est toujours la même, à savoir définir une dynamique brownienne pour les électrons et calculer les valeurs moyennes quantiques comme valeurs moyennes le long des trajectoires stochastiques.

Principales collaborations

Ecole Normale Supérieure (Lyon)
Laboratoire de Chimie Théorique (Paris)
Université de Bologne (Italie)
Université de Ferrare (Italie)
Université de Séville (Espagne)
Université de Stuttgart (...)

Réseaux de recherche européens

Le groupe est impliqué dans plusieurs réseaux européens